alibi


alibi

alibi [ alibi ] n. m.
• 1394; mot lat. « ailleurs »
1Dr. Moyen de défense tiré du fait qu'on se trouvait, au moment de l'infraction, dans un lieu autre que celui où elle a été commise. Avoir un alibi. Vérifier des alibis. Un alibi sérieux, solide. « fournir un alibi très acceptable » (Loti ).
2(XVe-XVIe « diversion, ruse »; repris XIXe) Fig. Circonstance, activité permettant de se disculper, de faire diversion. camouflage, justification, 2. prétexte. « le darwinisme servait d'alibi scientifique pour justifier les inégalités sociales et les formes variées du racisme » (F. Jacob).

alibi nom masculin (latin alibi, ailleurs) Circonstance ou fait invoqués par une personne suspectée, qui permet de prouver qu'elle n'était pas présente au moment où l'infraction a été commise : Fournir un alibi. Raison alléguée par quelqu'un pour se disculper, pour prévenir le reproche, la critique ; excuse, prétexte : Se trouver des alibis pour masquer ses insuffisances. Littéraire. Moyen auquel quelqu'un recourt pour échapper à une réalité désagréable ou déplaisante ; diversion, palliatif : Trouver dans la musique un alibi à sa tristesse.

alibi
n. m.
d1./d DR Moyen de défense, qui consiste à invoquer le fait qu'on se trouvait ailleurs qu'à l'endroit où un délit, dont on est accusé, a été commis. Fournir un alibi très solide.
d2./d Fig. Ce qui permet de se disculper, de s'excuser. Il a invoqué, pour ne pas venir, l'alibi d'une importante réunion de travail.

⇒ALIBI, subst. masc.
A.— DR. CRIMINEL. Moyen de défense d'une personne invoquant le fait qu'elle s'est trouvée ailleurs que sur le lieu d'un crime ou d'un délit au moment où celui-ci a été commis. Fournir un alibi (CAP. 1936) :
1. J'avais un bon alibi qui me mettait à Rambouillet à l'heure du crime, mais les voisins malveillants affirmaient avec insistance m'avoir aperçu dans l'escalier de service de l'immeuble au cours de la nuit fatale...
M. AYMÉ, Le Confort intellectuel, 1949, p. 7.
Rem. Autres syntagmes prouver l'alibi, prouver son alibi (Ac. 1798-1932); invoquer un alibi, se justifier par un alibi (Lar. 19e).
B.— Au fig.
1. Vx. Chercher des alibis. ,,Chercher des chicanes ou des défaites [« mauvaises excuses »].`` (Ac. Compl. 1842).
2. Diversion, refuge qui détourne de la réalité :
2. Quand l'homme n'est pas heureux dans sa condition, il cherche un alibi dans le rêve.
H. TAINE, Notes sur l'Angleterre, 1872, p. 301.
3. Et puis un homme avancé dans la vie doit faire de sa puissance un usage positif. Il faut construire. Il s'agit de donner un sens à sa vie, s'assurer un alibi, un refuge contre la médiocrité de l'univers.
M. BARRÈS, Mes cahiers, t. 7, sept.-nov. 1909, p. 341.
4. Pour les meilleurs d'entre nous, l'étude des arts, le goût de la brocante, les collections, les jardins, ne sont que des Ersatz, des succédanés, des alibis. Dans le fond de notre tonneau, comme Diogène, nous demandons un homme. Nous cultivons les bégonias, nous taillons les ifs, par pis aller, parce que les ifs et les bégonias se laissent faire. Mais nous aimerions mieux donner notre temps à un arbuste humain, si nous étions sûrs qu'il en valût la peine.
M. PROUST, À la recherche du temps perdu, Le Côté de Guermantes 1, 1920, p. 285.
3. Excuse, justification (d'une conduite jugée répréhensible ou inhabituelle, etc.) :
5. [Le gardien de la paix :] Allez-vous-en. — [Le chauffeur, récalcitrant] : Je voudrais m'en aller... mais figurez-vous que mes fourchettes sont emmêlées... Et de se lancer dans un alibi technique.
A. SIMONIN, J. BAZIN, Voilà taxi! 1935, p. 52.
6. Simplement a-t-on vu se former de nos jours un nouveau genre littéraire, dont le succès a été grand, et qui pourrait s'appeler « la justification » ou « l'alibi ». Le thème commun en serait à peu près : « l'auteur établit que, malgré l'apparence, il n'est pas un auteur ».
J. PAULHAN, Les Fleurs de Tarbes, 1941, p. 42.
7. Caligula [à Caesonia]... Tu vois, je n'avais pas d'excuses, pas même l'ombre d'un amour, ni l'amertume de la mélancolie. Je suis sans alibi. Mais aujourd'hui, me voilà encore plus libre qu'il y a des années, libéré que je suis du souvenir et de l'illusion...
A. CAMUS, Caligula, 1944, p. 106.
Rem. 1. Principaux syntagmes se fabriquer un alibi (H. TAINE, Derniers Essais de critique et d'histoire, 1893); trouver un — (Ph.-A.-M. DE VILLIERS DE L'ISLE-ADAM, Contes cruels, 1883); être sans —. 2. Dér. Alibiforain, subst. masc., vx, peu us. Propos qui n'a pas de rapport avec la chose dont il est question, échappatoires. (Attesté ds Ac. 1835 et 1878 : ,,Il est familier et peu usité``; BESCH. 1845 : ,,Populaire``; LITTRÉ : ,,Vieilli``) :
8. Convenons qu'après tout, ce siècle en vaut un autre,
Et, laissant de côté les alibiforains,
Sachons rendre justice à nos contemporains.
A. POMMIER, Crâneries et dettes de cœur, 1842, p. 139.
Prononc. ET ORTH. :[alibi]. — Rem. Le mot est signalé comme inv. ds Ac. 1835, BESCH. 1845, Lar. 19e et LITTRÉ. Par contre, Ac. 1878, GUÉRIN 1892, Nouv. Lar. ill., DG, Ac. t. 1 1932, ROB., Lar. encyclop. et QUILLET 1965 font l'accord au plur. Dér. Alibiforain :[].
Étymol. ET HIST.
I.— Alibi. 1. 1394 « le fait de s'être trouvé ailleurs au moment où un crime a été commis » (L. DOUET-D'ARCQ, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, Paris Vve Renouard, 1868, t. 1, pp. 121-122 : Respont Froissart en personne et propose son alibi, en disant après serement fait de dire vérité, que le jour que sa partie adverse propose le fait avoir esté perpétré, ledit Froissart estoit alez avecques un escuier du pays pour estre présent à faire un certain marchié de héritages); 2. 1494 « diversion » (Complainte de France ds DG : Loups alleches par divers alibis); de là l'emploi fig. dans l'expr. « chercher son alibi », c.-à-d. « faire diversion à sa passion pour une femme, chercher son plaisir ailleurs » (PASQUIER, Monophile ds LA CURNE t. 1 1875 : Il ayme mieux se ruiner d'heure à autre auprès de la femme qui ne lui est destinée, que de chercher son alibi avecqu'unes et autres), attest. isolée; 3. 1458 « subterfuge, ruse » (A. GREBAN, Mystère de la Passion ds GDF. : Lors diray je qu'il sera vray, Mes pour querir vos alibis, Je n'en croy riens); emploi fréq. aux XVe et XVIe s.; le sens 1 s'est maintenu; sens 2, repris au XIXe s. (supra ex. 2).
II.— Alibiforain, mil. XVe s. (Cent Nouvelles Nouvelles ds LITTRÉ : Les femmes sont coutumieres d'en user pour trouver les eschappatoires et alibis forains), vieilli.
I empr. au lat. alibi « ailleurs », attesté dep. Plaute (Trinummus, 4, 3, 73 ds FORC. t. 1 1864-1926, s.v., p. 177 : ST. Hicine nos habitari censes? CH. Ubinam ego alibi censeam). II composé de alibi et de forain.
STAT. — Fréq. abs. litt. :181.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BÉL. 1957. — BOISS.8. — BRUANT 1901. — CAP. 1936. — DUPIN-LAB. 1846. — FÉR. 1768. — GOTTSCH. Redens 1930, p. 332. — GOUG. Mots t. 2 1966, p. 75. — LACR. 1963. — LAV. Diffic. 1846. — LE ROUX 1752. — PRÉV. 1755. — ST-EDME t. 1 1824.

alibi [alibi] n. m.
ÉTYM. 1394; mot lat. alibi « ailleurs ».
1 Dr. et cour. Le fait de s'être trouvé, au moment même de l'infraction, ailleurs que dans le lieu où a été commis le crime ou le délit dont on est accusé. || Invoquer, établir, fournir, prouver un alibi. || Des alibis. || Inventer un alibi pour disculper qqn. || Un alibi sérieux, solide, en fer, en béton (fam.). || Vérifier un alibi.
1 L'alibi est prouvé invinciblement (…)
Voltaire, Lettres, 4 sept. 1769.
2 Justement une de leurs amies habitait aux environs et s'engageait à fournir un alibi très acceptable, en affirmant mordicus les avoir retenues toute la journée.
Loti, les Désenchantées, V, p. 34.
2 (Mil. XVe-XVIe, « diversion, ruse »; repris XIXe comme fig. de 1.). Circonstance, activité permettant de se disculper, de faire diversion, de suggérer une explication, un mobile inexact. || S'assurer, chercher, se fabriquer un alibi. || Sa déclaration d'intentions n'est qu'un alibi. Justification.
3 (Elle) dit le plus grand bien de la charcutière (…) Puis, contente de cet alibi moral, enchantée d'avoir soufflé sur l'ardente bataille qu'elle flairait (…)
Zola, le Ventre de Paris, t. I, p. 121.
4 Les idées n'étaient que les impulsions des masques passionnels, qui se réalisent en détériorant les idées, qui n'étaient que les alibis des impulsions.
Ionesco, Journal en miettes, p. 239.
5 On ne se suicide pas parce que la vie est absurde, ou parce qu'on est abandonné. Ces raisons-là viennent après, elles sont les alibis de la destruction et du déséquilibre.
J.-M. G. Le Clézio, l'Extase matérielle, p. 93.
En parlant d'une personne ou d'une chose :
6 Le général savait que les Français avaient accepté la défaite. Il savait qu'ils avaient accepté Pétain. Et je crois qu'il savait, depuis l'enthousiasme de la Libération, qu'il était l'alibi de millions d'hommes. Dans la Résistance, la France reconnaissait ce qu'elle aurait voulu être, plus que ce qu'elle avait été.
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 142.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • alibi — alibi …   Dictionnaire des rimes

  • alibi — ALIBÍ, alibiuri, s.n. 1. Dovadă de nevinovăţie rezultată din constatarea că, la data săvârşirii infracţiunii, cel învinuit se afla în altă parte decât la locul săvârşirii ei. 2. Mijloc de apărare care aduce în sprijin un alibi (1). 3. fig.… …   Dicționar Român

  • alibi — al·i·bi n [Latin, elsewhere, from alius other]: a defense of having been somewhere other than at the scene of a crime at the time the crime was committed; also: the fact or state of having been elsewhere at the time a crime was committed ◇… …   Law dictionary

  • alibi — is properly a legal term meaning ‘a plea that when an alleged act took place one was elsewhere’. The earliest use of alibi (18c) corresponded to that of the Latin adverb meaning ‘elsewhere’: those under suspicion had to prove that they were alibi …   Modern English usage

  • Alibi — Sn (Nachweis über den) Aufenthalt an einem anderen Ort erw. fach. (18. Jh.) Entlehnung. In Anlehnung an frz. alibi m. entlehnt aus l. alibī anderswo , Adverbialbildung zu l. alius ein anderer .    Ebenso nndl. alibi, ne. alibi, nfrz. alibi, nschw …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • alibi — {{/stl 13}}{{stl 8}}rz. n ndm {{/stl 8}}{{stl 20}} {{/stl 20}}{{stl 12}}1. {{/stl 12}}{{stl 7}} dowód na to, że osoba podejrzana o popełnienie przestępstwa nie przebywała na jego miejscu w czasie, gdy to przestępstwo zostało popełnione : {{/stl… …   Langenscheidt Polski wyjaśnień

  • alibi — ALIBI. s. m. Terme de Jurisprudence. On s en sert pour dire qu Une personne étoit absente d un lieu, par la raison qu elle étoit alors dans un autre, Il n a point d S au pluriel. La fausseté de cette pièce a été prouvée par un alibi. Prouver l… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • alibi — ALIBI. s. m. Il n a point d s au pluriel. Presence d une personne dans un lieu esloigné de celuy où l on pretend qu elle estoit dans le mesme temps. La fausseté de cette piece, de cette accusation a esté prouvée par un alibi. l accusé demande à… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Alibi — Al i*bi, n. [L., elsewhere, at another place. See {Alias}.] (Law) The plea or mode of defense under which a person on trial for a crime proves or attempts to prove that he was in another place when the alleged act was committed; as, to set up an… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • alibi — / alibi/ s.m. [dal lat. alĭbi, avv., altrove ]. 1. (giur.) [prova con cui un indiziato dimostra di essersi trovato altrove quando fu commesso un reato]. 2. (estens.) [motivazione che giustifica o discolpa] ▶◀ attenuante, giustificazione, pretesto …   Enciclopedia Italiana